Le Jaizkibel, situé à la charnière de trois mondes étroitement connectés, possède un environnement riche et varié qui offre un accueil favorable à un grand nombre d’espèces d’oiseaux des milieux marin, terrestre et aérien. Sa situation géographique au coeur du principal couloir de migration d’Europe occidentale, multiplie le nombre d’espèces rencontrées durant la période migratoire. Plus d’une centaine d’espèces supplémentaires sont ainsi identifiées dans les différents catalogues et listings liés à cette zone.

Au Jaizkibel, il existe des oiseaux résidents qui peuvent être observés toute l’année. C’est le cas, par exemple, du cormoran huppé, du chevalier guignette, de la fauvette pitchou et du goéland leucophée. Le cormoran huppé, en regresión dans certaines parties du Golfe de Gascogne, est commun dans la zone. Nous pouvons aussi profiter toute l’année des piqués de chasse vertigineux du Faucon pèlerin, qui peuvent atteindre les 300 km/h, ainsi que de la présence d’autres rapaces, comme le busard saint-martin et le vautour fauve. La présence de ce dernier n’est qu’occasionnelle, car il ne niche pas sur le Jaizkibel.

En ce qui concerne les oiseaux non résidents, nous pouvons faire la différence entre ceux qui séjournent au Jaizkibel-Ulia durant quelques mois et ceux qui ne sont observés que pendant le flux migratoire vers d’autres régions. Plusieurs espèces de sternes, de plongeons, de pétrels et de goëlands arrivent au Jaizkibel en provenance des Îles britanniques et du centre de l’Europe pour y passer l’hiver. Le martinpêcheur, d’un bleu électrique, peut être observé aussi durant les mois d’hiver. D’autres espèces comme le percnoptère d’Egypte, le circaète jean-le-blanc et l’aigle botté, abandonnent notre contrée pendant la saison froide qu’ils passent en Afrique tropicale.

Parmi les espèces uniquement observables durant leur flux migratoire vers d’autres régions, on peut remarquer les formations caractéristiques en «V» des grues et des oies qui aux mois d’octobre et de novembre recherchent les passages côtiers et bas pour franchir les Pyrénées, en particulier quand les conditions météorologiques sont défavorables. On peut observer d’autres oiseaux de passage comme les puffins cendrés, les sternes caugek, les fous de bassan, différentes espèces de canards, le balbuzard pêcheur, les milans, le butor étoilé et divers limicoles, comme les gravelots, les bécasseaux et autres courlis. Parfois, certains individus migrateurs choisissent de faire halte et de stationner au Jaizkibel-Ulia durant un certain temps.